L'espionnage des conversations des "grands de ce monde" par la NSA suscite des réactions très virulente en Allemagne et, paradoxalement, très peu de la part de notre Président de la République.

Sommes nous à ce point complètement sous contrôle étasunien pour en rester à simplement attendre que l'orage passe ?

Personnellement, je suis outré de ces pratiques qui ne datent pas d'hier. Opérations ECHELON puis PRISM, révélée par le courageux Edward Snowden, sont la preuve, s'il en était besoin, que le scrupule et le respect de la vie privée n'existe pas dans un pays encore plus contrôlé que nous par les multinationales. Dès l'instant où il y a des affaires économiques à réaliser, c'est "no limit".

Même s'il n'est pas aisé de contrer cette démarche de viol des données personnelles, il faut au moins essayer ! Et l'Europe pourrait parfaitement donner un coup d’accélérateur pour aider aux développement d'outils ad-hoc, notamment pour ses élites politique mais pas seulement.

Utilisez des systèmes d'exploitations libres et des logiciels libres, open source, pour vos ordinateurs,

Utilisez Ixquick plutôt que Google pour anonymiser vos requêtes,

Basculez de skype vers des programmes open source sécurisés (comme tox en cours de développement)

Évitez de déballer votre vie sur Facebook, Twitter et les forums en général

Demandez des comptes à vos députés pour que les sites de regroupement des flux de données ne soient pas à la merci de ces écoutes.

Et à ceux qui soutiennent ces pratiques parce que ce système peut aussi écouter "les méchants" et les débusquer, je prends le parti d'un monde où la fin ne justifie pas tous les moyens si ceux ci amènent à une surveillance permanente de tous les individus.



« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. »
Benjamin Franklin