laNef

villeSansVoiture

xubuntu

Mot-clé - TRANSPORTS

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 27 juin 2016

Referendum : voulez-vous détruire la planète pour relancer la croissance de n'importe quoi ?

Cela fait quelques temps que l'inspiration et l'envie me manquaient pour alimenter ce site. En quelques jours, les derniers référendums m'ont donné une matière consistante.
Commençons par la dernière consultation au sujet de l'aéroport Notre dame des landes.
Qu'une majorité d'élus ou d’électeurs soit ignorante des problèmes environnementaux locaux et mondiaux n'est pas nouveau et ne change en rien à l'absurdité absolue de ce projet qu'il faut continuer à refuser par tous les moyens.

Comme si souvent, on s'aperçoit que la majorité est un conglomérat électrolyte dont les motivations reposent sur des bases fragiles voire illusoires (comme le mythe de la croissance pourvoyeuse d'emplois).
 Le niveau de bourrage de crâne et le manque d'éducation aux sujets fondamentaux sont tels qu'à la question " êtes-vous d'accord pour augmenter le PIB quitte à détruire la planète ?", il est probable que la réponse serait oui également !
 Ce triste constat amène à douter de la démocratie quand elle n'est pas accompagnée d'une éducation populaire suffisante.
Cela vaut également pour le référendum au Royaume-Uni. Les couches populaires et les personnes âgées nostalgiques des trente glorieuses ont considéré que la hausse de la précarité venait de l'Europe, des immigrés et pas du tout d'un manque de partage des richesses dans un ex pays colonial en déclin.
Encore une erreur de discernement.
Encore un choix qui, comme pour Notre-Dame-des-Landes, nuira aux jeunes et aux futures générations.

samedi 28 novembre 2015

Même pas COP !

Alors nous y sommes. La réunion mondiale sur le changement climatique s'engage avec presque tous les pays du monde, sous le haut parrainage de :

- BNP Paribas, la banque aux innombrables paradis fiscaux qui finance les centrales à charbon ;
- BMW, toujours en pointe dans les petites voitures basse consommation ;
- Coca-Cola, dont les boissons et les forages massifs polluent et épuisent les nappes phréatiques dans le monde entier ;
- Dow Chemical, géant mondial des OGM et de l'agrochimie polluante dont la filiale Union Carbide est responsable de milliers de morts à Bhopal et de blessés jamais indemnisés.

Il y a fort à parier que rien d'ambitieux ne sortira de ces discussions. Et encore moins après les attentats de Paris et l'interdiction de manifester pour un avenir climatique différent.

Ce que préparent ces multinationales avides de profits et les politiciens cyniques qui les soutiennent religieusement au nom de la sainte croissance n'est pas un avenir radieux.

Les risques sont connus, mais comme le disait le philosophe Slavoj Zizek, il semble plus facile d’imaginer la fin du monde que celle du capitalisme, un capitalisme devenu destructeur qui embarque avec lui des populations ignorantes ou égoïstes.

Les solutions, elles aussi, aussi sont connues :
- limiter drastiquement les transports routiers et aériens, soutenir les transports en commun et les circulations douces ;
- développer une agriculture à échelle humaine, sans engrais chimique ni pesticide issu de la pétrochimie ;
- lancer, dans chaque pays, un plan d'isolation des bâtiments au profit des éco-matériaux et de l'emploi local ;
- passer des produits trop rapidement jetables aux produits durables, réparables et réellement recyclables ;
- taxer les emballages et renoncer au plastique ;
- arrêter le gaspillage financier pour le nucléaire et développer massivement les énergies renouvelable.

Là où il y a une volonté, il y a un chemin dit-on. Mais la volonté ici dépend de la conscience, de la réflexion de long terme et de l'éthique à l'échelle planétaire.

De quoi rester très moyennement optimiste en pensant à Théodore Monod : "et si l'aventure humaine devait échouer"...

Faisons en sorte, dans nos choix de vie, de consommation, de vote, de réagir à temps.

samedi 31 octobre 2015

Les pollueurs au pouvoir : le gouvernement socialiste relance le projet d'aéroport Notre Dame Des Landes

La relance du projet Notre Dame des Landes par les socialistes est une nouvelle preuve que ce parti, comme l'UMP/Les Républicains, est totalement incompétent pour mener une politique soucieuse de la planète et de ses habitants.

Faut-il continuer à nous suicider à coup de grand projets inutiles et de bétonnage des terres agricoles ?

Faut-il refuser ces politiques consternantes ?

A vous de choisir à chaque élection.

samedi 13 juin 2015

L'autorité environnementale refuse de sacrifier la forêt pour le tramway T10

Suite à un rapport très critique remettant en cause les choix de Les Républcains UMP et du PS à la région, l'autorité environnementale recommande :

- d’indiquer les surfaces nécessaires pour le Site de Maintenance et de Remisage, en fonction de la clarification préalable concernant le périmètre du projet, et après avoir démontré que l’implantation de ses différents équipements a été optimisée ;

- d’expliciter les raisons pour lesquelles :

--- l’implantation du Site de Maintenance et de Remisage sur le site NOVEOS, présentée comme démontrée dans le DOCP en 2012, ne l’est plus désormais ;
--- le site NOVEOS ne peut pas être étendu sur des parcelles voisines ;
--- de démontrer la compatibilité de l’implantation du SMR dans la forêt de Verrières avec le SDRIF 2030.

Autrement dit, la position de l'autorité environnementale est strictement identique aux positions écologistes : rien ne justifie l'emplacement du SMR sur la parcelle boisée en l'état actuel du dossier et telle quelle il n'est pas compatible avec le SDRIF.

Ceci va entraîner des années de retard pour ce tramway ce qui est bien dommage.

Si les élus écologistes et les associations avaient été entendus, la bonne solution aurait été retenue dès le départ.
 

mardi 10 février 2015

Alors qu'une autre option est possible, l'UMP, le PS et le PC valident un schéma de tramway Antony Clamart qui supprimera 4ha de forêt de proximité.

Clamart le 10/2/2015


Alors qu'une autre option est possible, l'UMP, le PS et le PC valident un schéma de tramway Antony Clamart qui supprimera 4ha de forêt de proximité.


Hier, lors de la commission permanente tenue à huis clos, le Conseil général des Hauts-de-Seine a validé le schéma de principe du futur tramway Antony Clamart (T10).

Ce schéma valide la disparition de 4 hectares de forêt pour la création du site de remisage et de maintenance des tramways alors même qu'un autre site situé à 300 m est disponible sur la zone d'activité NOVEOS (ex ZIPEC).

Ce projet est en contradiction totale avec le schéma directeur de la région Ile-de-France qui impose la protection de ces espaces naturels boisés. En sacrifiant la forêt, le Conseil général privilégie de futures opérations de promotion immobilière sur les communes du Plessis-Robinson et de Chatenay-Malabry.

Vincent Gazeilles, Conseiller général des Hauts-de-Seine Europe Écologie Les Verts, a dénoncé cette destruction des espaces boisés de proximité et a été le seul à refuser ce projet en l'état.

De plus, en renvoyant les cyclistes hors du tracé sur des pentes à plus de 15% à Clamart, ce projet s'oppose à la loi sur l'air et à l'obligation de continuités cyclables.

Vincent Gazeilles regrette la décision des élus UMP, PS et PC et invite les populations concernées à se mobiliser pour contester cette décision ignorante des besoins en espaces verts locaux et en circulations douces.

Il demande au syndicat des transports d’Île-de-France Présidé par Jean Paul Huchon, l’amélioration de ce schéma de principe dans le sens d'un développement soutenable au service des transports en commun ET des espaces verts.

samedi 13 décembre 2014

Inauguration du tramway T6

Inauguration sous la pluie de ce nouveau tramway. Lancé il y a quatorze ans après l'abandon définitif d'un délirant projet d'autoroute souterraine pasquaien, ce tramway aura mis du temps à rouler.

  • Critiqué pour son mode pneu + rail de guidage par la RATP et d'autres ;
  • retardé pour des problèmes de financements État/Région/Département ;
  • discuté concernant le nombre de voies routières devant rester en place : finalement la sagesse a prévalu avec une suppression de l'ancienne 4 voie routière sur la plupart du tracé (pas partout hélas). Merci aux militants écologistes qui ont travaillé dans ce sens depuis longtemps ;
  • re-retardé du fait du dépôt de bilan de l'entreprise initiale, Translohr, dont les activités furent reprises par Althom.


Le voilà ! Réjouissons-nous et souhaitons longue vie à ce nouveau transport de surface agréable, peu polluant, silencieux qui vient enfin reprendre un peu de place à la voiture individuelle.

Les difficultés ne sont pourtant pas toutes dépassées :

  • soyons vigilant à l'adaptation des lignes de bus pour que les correspondances soient facilitées ;
  • travaillons, comme je l'avais préconisé dès 2001, pour une prolongement vers Paris sur la RD906 (direction Bd des Maréchaux et Métro Alésia) pour offrir un autre terminus que la ligne 13 ;
  • surveillons la saturation (déjà annoncée) de la ligne et demandons, le cas échéant, une augmentation du nombre de rames ;
  • exigeons l'accès aux rames pour les cyclistes et leur vélo en heures creuses puisqu'il ne dérangent alors personne (je ne m'étends pas sur les aménagements cyclables limités le long de la RD906)

Photo souvenir : Marie-Catherine Poirier, ancienne adjointe au Maire de Clamart chargée des transports était avec moi ce matin.


- page 1 de 14