laNef

villeSansVoiture

xubuntu

mardi 10 juin 2014

Des grêlons, des ballons, et l'écologie au pilon

« On n'a jamais vu ça ». Voilà ce que disait un monsieur dépité après que les grêlons ont dévasté sa toiture et sa maison.
Si la manifestation climatique est violente, et elle le sera de plus en plus nous disent les spécialistes, la réflexion collective et journalistique, elle, ne l'est pas.
Tant que les assurances payent pour compenser les effets des désordres climatiques que nous contribuons à amplifier, le choc sera amorti.  Puis un jour, nous serons sans recours. On n'aura jamais vu ça.

« On n'a jamais vu ça ». Voilà ce que pensait un supporter en voyant l'état d'inachèvement d'un stade géant pour une coupe du monde de football qui coûtera des millions d'euros et détruira un peu plus l’Amazonie et la planète. Un mondial brésilien près des bidonvilles, pour que le rêve du sport fasse oublier la misère et la démission d'un gouvernement, un de plus, qui préfère les paillettes à la réponse aux besoins essentiels de ses habitants. Un jour, peut-être très bientôt, des habitants mécontents sortiront dans la rue pour crier leur colère et casseront les jouets de ces grands garçons qui courent en short après un ballon. On n'aura jamais vu ça.

vendredi 10 janvier 2014

Vers un nouveau gymnase des Closiaux

Photo du jour, avec un brin de nostalgie pour tous ces jeunes collégiens, gymnastes et sportifs passés dans ce bâtiment.

voir article concernant les travaux

vendredi 19 juillet 2013

Dopage sur le tour de France, même plus le temps d'en profiter

Il était une époque où l'on évoquait les coureurs dopés plusieurs années après qu'ils aient conquis leur maillot jaune. Ils étaient disqualifiés mais la grande caravane était passée et c'était là l'essentiel : ne pas nuire à "la magie du tour" et à toutes ces marques qui profitent et financent ces hommes sandwich. roue de velo

Par ailleurs, les chimistes produisant les produits ayant toujours un coup d'avance sur ceux qui les traquent -bonjour au labo de Chatenay-, les résultats arrivaient généralement en retard.

Après un énième scandale via Armstrong et l'éviction de Jalabert pour commenter le direct, les choses s’accélèrent. Avant même qu'il descende de son vélo au sommet du mont Ventoux, le porteur du maillot jaune est suspecté de dopage, y compris par le directeur du tour de France lui même ! 

Malaise ! 

Malaise car les prouesses du grand anglais laissent pantois tant en montagne que lors du contre-la montre. De quoi casser l'ambiance, non pas du fait du dopage, mais parce que ça se voit trop ! Malaise aussi parce que lorsqu’un directeur du tour de France laisse sous entendre qu'un coureur est dopé sans l’empêcher de rouler, il commet une faute innacceptable. Soit la tricherie est démontrée et il faut alors renvoyer le tricheur sauf à en être complice. Soit personne ne peut attester que Froome se dope et alors ces sous-entendus de culpabilité sont détestables voire diffamatoires.

Vive l'alter-tour et bonnes vacances à vélo !

samedi 3 novembre 2012

Réponse au SNEP FSU concernant le sport en milieu scolaire

Messieurs,
En réponse à votre courrier du 23 octobre dernier, je vous confirme mon souhait de voir maintenus les moyens nécessaires pour que les heures de cours de sport et les activités de l'UNSS puissent perdurer.
Je n'ignore pas les contraintes budgétaires auxquelles l’État et les collectivités locales doivent faire face. Il s'agit dès lors de discerner les postes prioritaires et ceux qui le sont bien moins.
En l’occurrence, au sein du Conseil général des Hauts de Seine, j'ai régulièrement affirmé que la priorité devait être donnée au sport pour tous. Comment comprendre, par exemple, que les moyens manquent alors que le Département dépense tous les ans plus d'un million d'euros pour la seule équipe professionnelle du Racing Métro Rugby ?
Comptez donc sur mon soutien plein et entier concernant cette demande de pérennisation de ce forfait de 3 heures consacrées au sport scolaire.
Restant à votre écoute pour tout complément, recevez mes cordiales salutations.

Vincent Gazeilles
Conseiller général des Hauts-de-Seine (Europe Écologie Les Verts)
Conseiller municipal de Clamart
contact@gazeilles.net
01 40 95 14 31
http://www.gazeilles.net

Nanterre, le 23/10/2012

 

A l’attention de Monsieur Vincent Gazeilles,
Conseiller Général des Hauts-de-Seine


Objet : demande de rencontre et d’intervention à propos du sport scolaire du second degré

 Monsieur Gazeilles,

Le sport scolaire du second degré rassemble un millions de jeunes, dont 400.000 filles. Les Associations Sportives des collèges et des lycées, fédérées par l’UNSS (Union Nationale du Sport Scolaire), proposent tout au long de l’année scolaire - pour un coût modeste - des entrainements, des temps de découverte et d’initiation aux pratiques sportives et artistiques, des rencontres et des compétitions inter-établissements du plan local au niveau national, voire international.

L’engagement de tous ces jeunes dans une pratique volontaire, et derrière eux de leurs familles, montre toute  la confiance et la satisfaction qu’ils placent dans ce dispositif original du service public d’éducation, organisé au sein et sous la responsabilité du Ministère de l’Education nationale.

Vincent PEILLON, Ministre de l’Education nationale, et George PAU-LANGEVIN, Ministre déléguée chargée de la réussite éducative ont rappelé dans leur lettre aux personnels du mois de juin 2012  à propos du sport scolaire que celui-ci « joue un rôle fondamental dans l'accès des jeunes aux sports et plus largement à la vie associative. C'est un élément de dynamisation et de cohésion des écoles et des établissements scolaires. Il doit être valorisé et développé ».

Le SNEP FSU, qui a recueilli près de 85% des voix des enseignants d’éducation physique et sportive lors des dernières élections professionnelles, s’est félicité de cette posture ministérielle tout comme il a apprécié les propos de Vincent PEILLON lors de l’Assemblée Générale de l’UNSS du 27 Septembre 2012.

Pour autant, le SNEP-FSU a exprimé sa déception face à l’absence de décisions concrètes attendues par la profession et rappelées dans « l’Appel pour un sport scolaire conforté et pérennisé », appel qui a reçu - à ce jour - plus de 10 000 signatures d’enseignants d’EPS qui ont été remises au Ministre.

Comme vous le savez, les professeurs d’EPS participent aux actions d’éducation en assurant deux missions indissociables pour lesquelles ils ont été recrutés : l’enseignement d’Education Physique et Sportive et l’animation du sport scolaire. Leur service est réparti entre les cours d’EPS et le sport scolaire pour lequel ils disposent d’un forfait horaire hebdomadaire de 3 heures dans leur service.

Face à des décisions locales fragilisant le sport scolaire en mettant en cause ce forfait de 3 heures (nombre de jeunes professeurs d’EPS titulaires de zone de remplacement en sont privés), il y a urgence à ce que paraisse un nouveau décret confirmant et pérennisant le forfait de 3 heures consacré au sport scolaire dans le service hebdomadaire de tous les enseignants d’EPS, comme s’y était engagé le Président de la République pendant la campagne électorale.

Nous souhaiterions vous rencontrer dans les meilleurs délais pour échanger sur cette question essentielle, au cœur de l’engagement d’une profession. Nous vous sollicitons également pour une intervention rapide auprès du Ministre de l’Education nationale en appui à notre demande.

Profondément attachés au service public du sport scolaire du second degré et dans l’attente d’une réponse que nous espérons rapide, veuillez agréer, Monsieur Gazeilles, l’expression de nos sincères salutations.

 

Pour le SNEP FSU,

Frédéric GREINER                                                              Martin SAVIGNAC

 


lundi 4 juin 2012

Pass Hauts de Seine, une aide du Conseil général pour les loisirs des collégiens

Culture, sport, le conseil général aide les collégien/nes et leur famille pour la rentrée scolaire 2012-2013 via une participation de 70€.

Inscription à partie de juin 2012.

plus d'informations:  ICI

mercredi 6 juillet 2011

Pas de JO à Annecy : une bonne nouvelle pour les Alpes


Communiqué de presse du 6 juillet 2011

Le comité international olympique (CIO) vient de mettre un point final à la candidature d’Annecy aux Jeux olympiques d’hiver 2018. 30 millions d’euros en grande partie d'origine publique ont été dépensés en vain.

Le projet était surprenant : retombées impossibles à quantifier, sinon par l’autosatisfaction d’une élite locale et nationale ; aggravation de la pression foncière et immobilière, déjà dramatiquement ressentie par les agriculteurs et tous ceux qui font vivre la montagne loin des paillettes ; aggravation de la ponction sur la ressource en eau, de plus en plus fragilisée en montagne par des canons à neige qui avalent 20 millions de mètres cubes chaque année en France… Le concept fumeux d’ « écostations » enrobant la candidature d’Annecy aux Jeux Olympiques, ne correspondait à aucun cahier des charges ni aucun engagement mesurable.  

Si les JO s’étaient tenus à Annecy, ils se seraient traduits par une catastrophe économique et écologique qui aurait aggravé le bétonnage de la montagne et la destruction des ressources et de la biodiversité. Les Alpes valent mieux que d'être détruite pour servir de support publicitaire à Coca-Cola et aux grands sponsors qui font marcher le CIO.

Europe Ecologie les Verts se réjouit de l’abandon du projet «JO Annecy 2018» et propose un autre avenir pour la montagne : il nous faut revoir son modèle d’aménagement vers un développement cohérent du territoire et le respect et l’élargissement des réserves naturelles préservées.


Europe Ecologie les Verts

- page 1 de 2