J'étais ce jour au conseil d'administration du SIGEIF, gros syndicat public ayant délégation des communes pour plusieurs activités tournant autour des dossiers énergétiques (achat de gaz et d'électricité en gros volume, aide aux communes pour l'amélioration de leur performance énergétiques, soutien aux travaux d'enfouissement des réseaux basse tension etc.)

Une des questions évoquées concernait le changement de statuts pour couvrir bien d'autres compétences pouvant intéresser les communes comme les recharges de véhicules au gaz ou à l'électricité, la gestion de donnes géographiques (SIG), la gestion de réseaux de télécommunications.

Vu de loin, ou de trop près, cette ouverture est intéressante et certains projets particulièrement comme les recharges de véhicules municipaux au gaz de ville. Elle l'est beaucoup moins si l'on relève le nez pour constater qu'un autre syndicat public, le SIPPEREC, propose parfois les mêmes prestations aux communes et le fait bien mieux, à l'instar des réseaux de télécommunications par exemple. En revanche, l'achat de gaz est historiquement très bien contrôle par le SIGEIF.

Il est grand temps d'éviter de se disperser, il est temps de savoir, au nom de l’intérêt public, coordonner ces deux syndicats pour éviter de réinventer la roue chacun de son coté avec les frais de structures associés. Même si ces deux syndicats sont issus de tendances politiques différentes - eh oui, il y a toujours des raisons moins glorieuses -, et souhaitent à l'évidence se montrer "plus fort que l'autre", il me semble judicieux de mieux travailler conjointement pour que chacun fasse bien ce qui lui incombe.

Je me suis abstenu concernant cette évolution.