laNef

villeSansVoiture

xubuntu

Mot-clé - SANS PAPIERS

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 11 décembre 2013

Lycéens sans papiers, situation impossible

J'étais ce jour à la manifestation organisée par le Réseau Education sans frontière pour attirer l'attention de la préfecture sur le sort des lycéens sans papiers qui passent, le jour de leur anniversaire, du statut d'étudiants à celui d'expulsables. Ce jour, le cas d'un jeune victime de coups de machettes en côte d'Ivoire il y a quelques années, venu trouver refuge en France et souhaitant continuer à y poursuivre ses études. Il n'a hélas pas rempli les bonnes cases du formulaire de demandeur d'asile au bon moment.

Lors de la réunion avec les représentants de la préfecture, j'ai pu mesurer combien les positions étaient difficilement réconciliables.

Une circulaire Valls encore bien timide au regard des promesses du candidat Hollande, des fonctionnaires qui appliquent des textes sans grande envie de se transformer en juge au cas par cas. Bref, ce dossier ne progresse guère et j'espérais être moins présent à ces manifestations depuis l'arrivée d'un parlement "de gauche". Visiblement, il faudra repasser.

vendredi 29 juin 2012

Question au Préfet des Hauts-de-Seine concernant le dossier des sans-papiers

A la suite du rassemblement de mercredi dernier, je suis intervenu ce jour en séance du Conseil général.

Question au Préfet des Hauts-de-Seine concernant le dossier des sans-papiers
29 juin 2012
Intervention de Vincent Gazeilles
Conseiller général Europe Écologie Les Verts

Monsieur le Préfet,

Après une longue période très douloureuse pour les familles sans-papier qui sont souvent installées depuis des années sur notre territoire.

Nombreux sont ceux qui attendent « le changement », dans ce domaine également.

Défenseurs des droits de l'Homme, associations d'aide aux migrants, fédérations de parents d'élèves, alter-mondialistes engagés pour la solidarité entre les peuples, simples citoyens lassé par ce faux problème, tous aspirent à ce que les personnes sans papier installées et intégrées sur notre territoire depuis longtemps ne subissent plus la peur des contrôles, la difficulté et la souffrance d'être sans papier.

Ces personnes méritent mieux que d'être stigmatisées à des fins électoralistes comme ce fut le cas il y a peu de temps. Il serait ô combien inquiétant que rien ne change après l'alternance politique que nous venons de connaître.

Dans un pays qui vieillit, les personnes actuellement sans titre de séjour sont une chance, une richesse et non un problème. Des problèmes réels, il y en a suffisamment dans notre pays pour éviter d'en créer.

Monsieur le Préfet, les moyens policiers sont limités, il ne faudrait pas les disperser inutilement.

Quels sont vos orientations dans ce domaine ?

Réponse : Comme réaffirmé par le ministre (Manuel Valls), pas de régularisation massive, gestion au cas par cas.

Off :
Visiblement, la « lepenisation » des esprits est en cours, y compris au parti socialiste.

mardi 26 juin 2012

REGULARISATION : LE CHANGEMENT MAINTENANT

Communiqué de presse envoyé ce jour à la presse:


Vincent Gazeilles, conseiller général Europe Écologie Les Verts des Hauts-de-Seine sera présent demain 27 juin à 14 h 30 devant la sous-préfecture d'Antony lors du rassemblement organisé par RESF. (réseau éducation sans frontière) pour la régularisation des familles ayant des enfants scolarisés, dont deux familles de Bagneux.

Après une triste période de stigmatisation des étrangers menée par l'ancien gouvernement UMP, Vincent Gazeilles s'inquiète de voir perdurer de lourds blocages administratifs menaçant la vie de familles intégrées sur notre territoire et perturbant la scolarité d'enfants motivés pour réussir dans notre pays.

Le changement, dans ce secteur aussi, doit commencer maintenant."

jeudi 3 mai 2012

Au deuxième tour, Sarkozy vote Lepen

Triste fin de campagne : le discours anti-étranger, populiste, simpliste et dangereux de l'extrême droite prend sa place dans le programme du Président UMP sortant.
Son propre bilan en matière de stigmatisation est pourtant déjà fort riche : sans papiers, Roms, chômeurs, musulmans, syndicalistes, écologistes, gauchistes etc... A l'exception des porteurs de Rolex, tout le monde en a pris pour son grade.

Mais, quitte à perdre toute respectabilité avant de partir, il faut draguer ostensiblement le Front National et ses électeurs « égarés ».

Pour ma part, je pense qu'il n'est pas souhaitable de traiter les électeurs lepenistes comme des électeurs classiques et simplement désemparés.
S'ils peuvent sans doute être classés selon deux grandes catégories, les ouvertement racistes et les écœurés du « système », les premiers comme les seconds menacent les fondements même de la démocratie.
Consciemment ou inconsciemment, ces électeurs attisent la haine de l'autre et chantent en cœur l'hymne du « tous pourris », sauf eux mêmes bien sûr.

Il faut remettre les pendules à l'heure, c'est un devoir politique.

1/ Non, renvoyer deux millions d'étrangers ne créera pas deux millions d'emplois en France. Les choses sont plus complexes évidemment.

2/ Ces chers frontistes oublient que la richesse française provient du pillage des ressources et de l'appauvrissement des pays étrangers, Afrique en tête. Ceux qui ne l'oublient pas doivent regretter la fin de la Françafrique et du colonialisme. Mais les regrets ne font pas une politique.

3/ Certains territoires sans aucune population d'origine étrangère ont des scores lepenistes impressionnants. La peur de l'invasion étrangère est mauvaise conseillère.
C'est la coopération nord-sud et le développement de conditions de vie convenables au sud qui limiteront durablement l'exode de populations pauvres et certainement pas je ne sais quelle frontière de fils barbelés.

4/ Les banlieues défavorisées concentrent des problèmes sociaux parfois aigus.
Voilà qui nous ramène au plan de rénovation des banlieues que Nicolas Sarkozy a plusieurs fois annoncé mais jamais réalisé, au delà de quelques coups de Karcher.

Oui, il y a bien eu incompétence d'un président sortant, incapable de poursuivre ce que la France a toujours fait : offrir à chacun un destin commun dans une société d'intégration républicaine.

La reprise de certains thèmes du Front National est choquante. La défaite annoncée de son auteur n'en sera que plus honteuse.

mardi 20 avril 2010

Lettre au sous-préfet concernant le traitement des dossiers des personnes sans papiers


En compagnie de nombreux élus des Hauts-de-Seine, j'ai co-signé la lettre ci-dessous compte tenu de la dégradation des conditions d'accueil des personnes sans papier en sous-préfecture d'Antony.


Nanterre, le 16 avril 2010
Monsieur le sous-préfet,

Par ce courrier, nous tenons à vous alerter sur les conséquences de la nouvelle procédure mise en oeuvre pour le traitement des dossiers des sans papiers qui viennent déposer leur demande de régularisation à la Sous-préfecture d’Antony.
En effet, nous avons appris à notre grande surprise que vous aviez limité l’accueil des étrangers sans papiers au mardi matin exclusivement, en limitant la réception à 15 personnes uniquement, les autres demandeurs devant attendre une hypothétique autre semaine. Or, comme vous le savez, ces hommes et ces femmes attendent devant la Sous-préfecture à partir de 5 heures du matin.
 
Le temps d’attente pour pouvoir déposer un dossier va donc se rallonger de manière indéfinie laissant ces hommes et ces femmes dans une situation précaire avec toutes les difficultés inhérentes à cette situation.
Le traitement que vous proposez pour les personnes sans papiers est dégradant et vexatoire. Ils sont certes sans papiers, mais pas sans droits et nous considérons ceci comme une nouvelle atteinte aux droits de l’homme et à la tradition d’accueil de notre pays.
C’est pourquoi nous vous demandons de reconsidérer cette nouvelle procédure et de recommencer à recueillir les demandes tous les jours, en augmentant au besoin le nombre d’agents pour ce faire.
Nous vous remercions de l’attention que vous voudrez bien porter à notre demande et vous prions d’accepter, Monsieur le sous-préfet, l’expression de nos sentiments distingués.
 
Patrick Alexanian, Conseiller Général de Bagneux,
Marie-Hélène Amiable, Députée, Maire de Bagneux,
Francine Bavay, Conseillère régionale,
Pascal Buchet, Conseiller Général, Maire de Fontenay aux Roses,
Michèle Canet, Conseillère Générale de Châtenay-Malabry,
Vincent Gazeilles, Conseiller Général de Clamart,
Martine Gouriet, Conseillère Générale de Châtillon,
Guy Janvier, Conseiller Général de Vanves,
Philippe Kaltenbach, Conseiller Régional, Maire de Clamart,
Pascale Le Néouannic, Conseillère régionale,
Marc Lipinski, Conseiller régional,
Roxana Maracineanu, Conseillère régionale,
Catherine Margaté, Conseillère Générale, Maire de Malakoff,
Benoît Marquaille, Conseiller régional,
Roberto Romero, Conseiller régional

jeudi 29 octobre 2009

Demande d'intervention en faveur des salariés sans papier du groupe Sodexo

à Mme Balkany
vice présidente en charge des collèges.

Madame la Présidente, chère collègue,

Je vous transferts la copie d'un article du journal Le Parisien d'hier.
Puisque le Conseil général a choisi de sous-traiter une partie de la préparation des repas des collèges des Hauts-de-Seine au groupe Sodexo, il me semble souhaitable que notre exécutif demande à ce prestataire et à la préfecture de tout mettre en oeuvre pour régulariser la situation des personnes travaillant dans cette entreprise.
En vous en remerciant par avance, recevez mes cordiales salutations.

Vincent Gazeilles

Voir réponse ci-dessous..

-- 
Vincent Gazeilles
Conseiller général des Hauts-de-Seine
Conseiller municipal de Clamart
contact@gazeilles.net
01 40 95 14 31
http://www.gazeilles.net

...................................................

BOULOGNE- BILLANCOURT
Les sans-papiers squattent toujours la Sogeres
Ils ont passé leur cinquième nuit dans le hall et la cafétéria de la Sogeres. Trente-sept grévistes sans papiers occupent toujours les locaux de cette entreprise de restauration rapide, rue de Bellevue. Jeudi soir, activement soutenus par la CGT, une cinquantaine de personnes, principalement des Maliens et des Sénégalais, ont fait irruption dans cette filiale du géant Sodexo.
Objectif : faire avancer les dossiers de régularisation. Seule une petite poignée d’entre eux travaillent sur le site de Boulogne. L’occupation se fait dans le calme, sans le moindre heurt, et la police laisse l’entreprise régler ses problèmes tant que ceux-ci ne dégénèrent pas sur la voie publique.
Hier, la situation était toujours au point mort.
Le parisien 27/10/09

...............................................

J'ai reçu une courte réponse. En substance :

Il s'agit d'un conflit interne à une entreprise privée et il me semble tout à fait inopportun que le Conseil général intervienne.

Voila donc qu'après avoir privatisé la préparation des repas, nous ne serions même pas légitimes à intervenir auprès de notre délégataire concernant des méthodes de management discutables voire illégales.

Cette façon de se laver les mains au sujet de la façon dont Sodexo gère son personnel est inadmissible.

Il est dès lors facile de comprendre que la privation de ce service, anciennement public, est une aubaine pour le Conseil général des Hauts-de-Seine : moins de personnel à gérer et des tarifs certainement compétitifs de la part de société privées qui n'hésitent pas à maintenir du personnel précaire et sans papier plutôt que de travailler à insérer ceux qui oeuvrent quotidiennement pour produite les repas de nos enfants.

Un nouvel exemple de politique UMP à méditer.