laNef

villeSansVoiture

xubuntu

Mot-clé - GOUVERNANCE

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 7 novembre 2014

Patrick Devedjian à la hache contre l'association des oeuvres sociales du Département

Au prétexte d'un contrôle médiocre de la Chambre Régionale des Comptes, Patrick Devedjian a décidé de supprimer totalement l'association des œuvres sociales du Conseil général.
Cette sorte de comité d'entreprise pour les agents du Département aurait dû et aurait pu évoluer pour tenir compte des revenus des agents et maintenir un pilotage conjoint entre l'exécutif et les représentants des agents départementaux.

Au lieu de cela, le président du Conseil général, toujours soucieux de rogner tous les budgets dédié au personnel, a décidé de gérer l'ensemble des prestations en direct et de les réduire, ceci sans concertation et sans débat préalable au sein de l'assemblée départementale.

Une nouvelle fois, Patrick Devedjian démontre que seules les dépenses culturelles pour une petite élite méritent attention et engagement financier conséquent (cité musicale de l'île Seguin, extension du musée Albert Kahn, club de rugby professionnel, etc...)

vendredi 13 juin 2014

Demande d'explications concenant une étude sur des regroupements de Départements

vendredi 4 avril 2014

Question orale concernant les logements attribués par le Conseil général

samedi 22 février 2014

Engagement contre la corruption dans les Hauts de Seine !

Ci dessous, les têtes de listes aux municipales signataires de la charte anticorruption de l'association Anticor, hier à Nanterre

L'UMP en force dans les Hauts-de-Seine, comme chacun le remarquera !

Asnières : Josiane Fischer (centriste), Blanche Mühlmann (centriste) ;

Ville-d'Avray : Alexis Girszonnas (PS) ;

Bois-Colombes : Isabelle Dahan (PS), Daniel Mbanza (EELV) ;

Boulogne : Pierre Gaborit (PS) ;

Bourg-la-Reine : Denis Peschanski (PS) ;

Châtenay-Malabry : Sylvie Delaune (PS) ;

Châtillon : Martine Gouriet (PS) ;

Chaville : Catherine Lime-Biffe (PS) ;

Clamart : Vanessa Jérome (Europe Ecologie Les Verts) ; liste Clamart Citoyenne

Clichy : Marie-Claude Fournier (EELV) ;

Fontenay : Dominique Lafon (DVG) ;

Issy : Thomas Puijalon (PS), Lysiane Alezard (FG) ;

La Garenne-Colombes : Christophe Conway (centriste) ;

Le Plessis-Robinson : Jean-François Papot (PS) ;

Levallois : Anne-Eugénie Faure (PS) ;

Malakoff : Emmanuelle Jannès (SE) ;

Meudon : Loïc Le Naour (EELV) ;

Montrouge : Boris Gillet (centriste), Joaquim Timotéo (PS) ;

Nanterre : Pierre Creuzet (centriste), Julien Debras (EELV) ;

Neuilly : Marie Brannens (PS) ;

Puteaux : Christophe Grébert (MoDem), Stéphane Vazia (PS) ;

Rueil : Vincent Poizat (EELV) ;

Sèvres : Catherine Candelier (EELV) ;

Suresnes : Xavier Iacovelli (PS) ;

Vanves : Antonio Dos Santos (PS).

mercredi 8 janvier 2014

Débat concernant les nouvelles modalités électorales pour les départements

Monsieur le Président, cher collègues,

Dans le cadre de ce débat concernant les nouvelles modalités électorales pour les élu/e/s départementaux, j'interviendrai sur 5 points essentiels.

Tout d'abord, le choix du découpage proposé.

Comme chacun peut le faire, je constate que la continuité et la cohérence géographique ne sont pas systématiquement au rendez vous.

Nul doute que des préoccupations électoralistes sont venues tordre ces belles orientations de principe.

L'UMP en fait aujourd'hui reproche au PS. Comme la gauche avait pu critiquer un autre découpage pasquaien il y a quelques années. Pour autant, évoquer une sorte de retour de manivelle serait parfaitement inacceptable.

Les électeurs sont fatigués de ces traficotages et nous le payons et paierons fort cher.

En l’occurrence, pour rester au niveau du canton dont je suis l'élu, cette continuité et cohérence se traduit par le rassemblement de Clamart et de Vanves soit plus de 8,5 km de long, de Paris aux Yvelines, relié par un isthme de 100 mètres de large.

La couleur de ce canton sur la carte est verte ! Merci de cette attention mais ce n'est pas suffisant.

Deuxièmement, votre rapport évoque la difficulté de regrouper des cantons tenus aujourd'hui par des conseillers généraux de même bord (UMP) et de même sexe (masculin), rendant l'éviction de certains prétendants inévitable.

Outre que ce cas n'est pas réservé à la majorité (exemple Vanves Clamart), je trouve cet argument honteux.
Il donne une idée de votre vision politique locale où le règne de quelques barons locaux est plus important qu'une réforme introduisant un peu de parité dans le personnel politique français.


La parité, en effet, est un des seuls points favorable, le seul peut être. Un homme + Une femme pour représenter un territoire, voilà un progrès essentiel aux yeux des écologistes et des féministes. Il est d'ailleurs remarquable et assez symbolique de voir les parlementaires voter ce texte pour les circonscription départementales sans étendre ce projets aux circonscriptions législatives.
Voyons cela comme une première avancée positive néanmoins. Je la salue.


Bien moins positif, cette réforme n'ouvre aucune porte vers davantage de proportionnalité dans la représentation des forces politiques en présence, ceci pour le plus grand profit du bipartisme PS UMP.
Petits partis, disparaissez au lieu de prétendre enrichir la démocratie, voilà le message ! Évolution nulle dans ce domaine, sans surprise. Je regrette vivement que la proposition des parlementaires écologistes n'ait pas été retenue même si je n'en suis nullement surpris. Cette proposition soutenait une démarche proportionnelle pour ces élections départementales avec un bonus de 25 % à la liste arrivée en tête.
Via ce refus d'évolution, l'appauvrissement des débats politiques est garanti, comme l'est la fronde populaire et ses dérives extrémistes.
Je regrette cette non évolution.

Enfin, je confluerai en évoquant la spécificité de notre département au sein d'une nouvelle métropole, elle même au sein d'une région Île-de-France compacte en son centre.
Fallait-il garder des Conseil départementaux en proche couronne parisienne. Je pense que non.
Halte à l'inflation des strates administratives et à l’enchevêtrement des compétences.
Les citoyens ont le droit d'y voir clair, c'est d'ailleurs une condition pour les voir se réapproprier la politique.
Encore une occasion de ratée. Un immobilisme regrettable.

Dans ce contexte, je m'abstiendrai face à un projet qui, certes, apporte un peu de parité mais oublie tant de progrès possibles tout en créant de nouveaux cantons parfois incohérents.





 

jeudi 5 décembre 2013

Redécoupage des cantons.

Le ministère de l'intérieur (et des élections) vient de rendre sa copie concernant le redécoupage des cantons.

Une séance exceptionnelle du Conseil général aura à donner son avis sur cette évolution importante.

Avis globalement négatif pour ma part.

Sans aucun doute, les ordinateurs du ministère ont bien travaillé pour tenter de donner une teinte rosée à ce nouveau puzzle, comme Charles Pasqua l'avait fait pour le RPR...

Il en ressort des formes de cantons étonnantes telle Asnières ou Clamart, composé de tout Clamart + Vanves soit 8,5 km d'un bout à l'autre du canton (depuis le périphérique jusqu’au rond point du petit Clamart). Le canton est en vert sur la carte du ministère, c'est un bon signe tout de même !

Plus sérieusement, les petits partis politiques sont maintenus hors jeu faute de part proportionnelle dans ce scrutin.

Et à quoi bon cette réforme qui maintient des départements de petites couronne devenus inutiles suite à la création de Paris Métropole  ? Fallait-il maintenir quelques élus en place, en manque de fauteuils électoraux ?

Le seul point positif de cette évolution est de favoriser la parité homme/femme puisque chaque canton sera représenté par un binôme femme-homme.

- page 1 de 11