laNef

villeSansVoiture

xubuntu

mercredi 10 février 2016

Le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine veut-il la mort de La Parenthèse ?

Je relaie la communiqué de l'association La Parenthèse


COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine veut-il la mort de La Parenthèse ?

L'association « La Parenthèse » œuvre depuis 1992 pour l'accueil, l'hébergement et l'accompagnement social de familles en difficulté. Familles avec enfants en situation de grande précarité, femmes victimes de violence, familles monoparentales sans logement et orientées par le 115, l'association travaille pour répondre à la précarité quotidienne via un dispositif personnalisé au service des parents en difficulté et de leurs enfants.

Malgré l’intérêt reconnu de cette action majoritairement financée par le Conseil Départemental, celui-ci a régulièrement et drastiquement réduit ses financements depuis 5 ans, au point de menacer à présent l'existence même de l’association et alors que la protection de l'enfance fait pourtant partie de ses compétences obligatoires.

Les chiffres sont éloquents :

.
2011 2016 Évolution

Budget général du Département

1 800 000 000 €

2 100 000 000 €

+16 %

Soutien du Département à l'association

1 500 000€

790 000€

-47 %

Nombre de personnes accueillies (adultes et enfants)

175

133

-24 %

Nombre de salariés

55

36

-34 %

Le Département a imposé l'arrêt de l’accueil des familles dans le centre d'hébergement collectif de Clamart. Depuis janvier 2014, 8 chambres (soit 24 places), parfaitement utilisables restent inoccupées.

Pour 2016, le Conseil Départemental annonce une nouvelle baisse de 10 % par rapport à l'an dernier.

Cette baisse est accompagnée de l'annonce de l'arrêt total des financements fin 2017 ce qui, après la disparition du soutien scolaire, et de la halte-garderie en 2013, impliquera l’arrêt des activités de l'association en direction des plus fragiles et la mise à la rue de 158 personnes dont 89 enfants.

Le conseil Départemental argumente son désengagement en affirmant que l’hôtel est un service d’hébergement d’urgence. Or, si l’association gère effectivement deux centres d’hébergement d’urgence situés à Meudon ceux-ci sont financés par l’Etat via la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Hébergement et du Logement. En revanche, l’activité de l’hôtel social qui accueille et accompagne les familles jusqu’à leur insertion socio-professionnelle est soumise au financement du Conseil Départemental. L’activité financée par le Conseil Départemental est pour sa part un service d’insertion.

Face à un tel avenir, l'association La Parenthèse a recueilli de nombreux encouragements et témoignages de soutien.

L'association demande au Conseil Départemental

  • de maintenir les financements 2016 à hauteur de ceux de 2015 afin de permettre à La Parenthèse de poursuivre son activité ;

  • de travailler avec l’État à un partenariat durable appuyé sur une contribution équitable de chaque financeur.

Hélas, la précarité et la désocialisation progressent. L'un des départements les plus riches de France s’honorerait à ne pas abandonner une association qu'il a lui-même créé il y a 24 ans.

vendredi 16 mai 2014

La jupe pour tous

Très intéressant face à face hier entre des lycéens nantais et un groupe réactionnaire d'anti-mariage gay.

Les premiers, garçons et filles, souhaitent manifester leur démarche contre le machisme et le sexisme qui oppressent si souvent les femmes, et ont décidé que symboliquement, les garçons aussi porteraient des jupes aujourd'hui.

Les seconds, prêts à sauter sur toutes les occasions pour s'affirmer gardiens de la tradition, n'ont pas pu s’empêcher de venir manifester contre cette transgression inqualifiable.
Après le mariage pour tous, c'en est trop ! Sans parler de la victoire d'un travesti autrichien barbu, et en robe, au concours de l'eurovision. Où va la France ? Où va le monde ?

Ce face à face est intéressant car il incarne à merveille la façon dont une démarche progressiste et vertueuse de lutte contre les inégalités liées au sexe peut être combattue par des gens, y compris des femmes, inquiets de tout et enfermés dans de rassurants présupposés culturel et/ou cultuels.

Non, une manifestation contre le machisme avec des garçons en jupe ne menace pas la société.
Bien au contraire. Cette action originale permet de sensibiliser et de sortir d'un obscurantisme sociétal à domination masculine. 


Tous en jupe !

vendredi 1 octobre 2010

Soyons présents en masse dans les rues ce samedi pour contester cette injuste réforme des retraites.

Appel à la manifestation contre la réforme injuste des retraites

A Paris : départ 14h30 de République en direction de Nation

  • Avis aux actuels retraités soucieux de préserver la justice sociale des retraites, celle qu'ils ont contribué à créer ;
  • Avis aux futur/e/s retraité/e/s,et spécifiquement les femmes, dont les pensions à venir se réduiraient si la réforme passait ;
  • Avis aux salariés qui seraient contraints de travailler encore plus et qui, à cause de ce projet UMP insidieusement favorable au chacun pour soi et la retraite par placement bancaire individuel, seraient bientôt menacés de licenciement par les exigences des fonds de pensions de retraités ! Après la concurrence entre les salariés et les chômeurs, l'UMP fabrique la concurrence entre les générations ;
  • Avis aux demandeurs d'emplois qui auraient encore moins de chance de retrouver du travail si l'on empêche les salariés âgés de partir dignement en retraite
  • Avis aux jeunes qui pourraient encore moins facilement rentrer dans la vie active si les places ne sont pas libérées par les plus anciens.


Oui, cette réforme est injuste en tout point. Elle frappe les plus faibles et refuse de prendre l'argent là où il s'accumule depuis des années : chez les plus riches dont le nombre augmente régulièrement en France depuis des années, sur les bénéfices des sociétés et autres placements bancaires juteux.

Oui à la justice sociale, oui au partage des richesses et du travail.

A demain !

lundi 8 mars 2010

Vaccinons-nous contre le machisme

Les Verts et Europe Écologie ont lancé une opération dans le cadre de cette journée de la femme. 

Nous sommes tous appelés, et particulièrement les hommes, à nous vacciner contre le machisme ambiant dans laquelle notre société semble engluée.

Le cinéma Jeanne Moreau projetait vendredi le film 'La domination masculine', film de Patric Jean, qui attire l'attention sur des dérives, voire la cruauté d'une société machiste, presque inconsciemment. Tel ce vendeur de jouets montrant la belle balayette pour que les petites filles puissent faire comme maman...

Le machisme est partout et quand les féministes tentent de rééquilibrer les choses, les "vrais mecs" montent des collectifs masculinistes ! Au Québec, ces braves gaillards ont proféré des menaces à l'encontre de Patric Jean qui, quel scandale, souhaitait aller présenter son film.

Comme le disaient certaines intervenantes lors du débat de l'après film à Clamart, luttons contre la régression.

samedi 3 octobre 2009

Fête de l'Aïd-el-Fitr à Clamart

J'étais ce midi avec la communauté musulmane de Clamart dans le cadre de la fête de la fin du ramadan et de la présentation de la nouvelle salle de prière. L'association des musulmans de Clamart avait invité de nombreux élus, le recteur de la mosquée de Paris et les responsables des autres communautés religieuses du secteur.

Comme il se doit, chacun des invités fut sollicité pour dire quelques mots. Voici un résumé de mon intervention :

Chers amis,

Il y a quelques minutes, je précisais au recteur que Les Verts s'intéressaient à l'environnement bien entendu, mais aussi au social et à l'ensemble des acteurs participant à la vie de la commune. Il ne m'appartient donc pas de parler de foi, qui reste pour moi de l'ordre de la conviction personnelle et privée.

En revanche, en tant qu'élu laïc d'une collectivité locale, la recherche d'une paix sociale durable implique de permettre à chaque communauté, religieuse ou non, de vivre dans de bonnes conditions en harmonie avec le reste de la société.

Je suis donc satisfait que le conseil municipal de Clamart se soit mobilisé pour aider à la mise en place de ce nouveau lieu.

Vous devenez ainsi visibles de tous, accessibles. Chacun, y compris les citoyens non religieux dont je fais partie, peut à présent vous voir, pousser votre porte, venir vous saluer, vous interpeller sur tel ou tel sujet. Je pense, par exemple, à la place des femmes dans la société ou la place de la femme dans le couple et je pourrai questionner ainsi d'autres religions sur d'autres thèmes.

Félicitations à l'ensemble des acteurs de ce projet et de cette journée.

Je vous remercie à nouveau pour cette invitation et pour votre attention.

dimanche 8 mars 2009

Journée de la femme, encore tant d'efforts à faire ...

  En tant que membre de l'association « élus contre les violences faites aux femmes », je veux profiter de cette journée pour saluer celles et ceux qui oeuvrent pour limiter les souffrances des femmes.

Il reste tant à faire.

Je pense à l'Afrique, au Rwanda ou à la République Démocratique (!) du Congo notamment, où le viol fut, ou est encore, utilisé comme arme de guerre.

Je pense à la France où une femme meurt tous les 3 jours, victime des coups de son compagnon.

A ce sujet, à Clamart, sur ma proposition, le conseil communal d'action social a accepté de lancer un projet de lutte contre ces violences faites aux femmes en ciblant particulièrement les hommes violents. J'espère que ce travail, basé sur la prévention, portera ses fruits.

Cela passe par une démarche préventive, une communication 'ringardisant' les attitudes machistes, y compris chez les adolescents. Cela passe également par un suivi et un accompagnement des personnes commettant ces violences.

Merci au CCAS. Le Conseil général ayant, quant à lui, toujours refusé de lancer ce projet.