laNef

villeSansVoiture

xubuntu

Mot-clé - ECONOMIE SOCIALE

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 8 août 2014

A l'attention des commerçants et élus qui ont toujours un vélo de retard

En période de vacances, mais pas seulement, un article concernant l'intérêt économique des déplacements à vélo.

http://transports.blog.lemonde.fr/2014/08/08/les-touristes-a-velo-sont-plus-depensiers-que-les-vacanciers-en-voiture/

mercredi 16 avril 2014

Face à un modèle économique ultra-libéral débridé et destructeur, changeons pour une approche responsable, sociale et environnementale.

Tribune Hauts -de-Seine Magazine printemps 2014


Après trois ans d'existence au sein du Conseil général, le dossier économie sociale et solidaire avance bien peu.

Pour aider cette économie responsable, des clauses sociales ont été introduites dans les appels d’offres mais le bilan reste faible au regard des besoins : 200 personnes en mission d'insertion en 3 ans. Nous sommes loin du compte. Le refus de la majorité départementale d'associer un représentant du secteur de l’Insertion au sein du Conseil Départemental de l’Économie Sociale et Solidaire est un geste éclairant.

Plus positif, un poste de coordination entre les acteurs de l'insertion et les entreprises « classiques » a été créé car ces milieux se connaissent peu. C’est une mission à amplifier, tout comme la fréquence des appels à projets soutenus par le Conseil général.
Pour accroître cette dynamique, j'ai proposé de faciliter les relations entre des porteurs de projets locaux en quête de bonnes idées et toutes celles et ceux en attente de services utiles non couverts. N'hésitons pas à créer ce que nous cherchons !

Dans les secteurs de l'aide aux personnes et de l'écologie, les besoins existent dans les Hauts-de-Seine et le Conseil général a un budget important, trop souvent gaspillé par millions en projets pharaoniques et inutiles. Dans le même temps, l'enveloppe prévue pour accompagner ces projets durables n'a été consommée qu'au tiers...

Si les subventions financières sont essentielles, elles ne sont pas les seules aides possibles. J'ai proposé, en vain, des soutiens sous forme de terrains ou de bureaux, qui, même à durée limitée, sont un moyen efficace pour stimuler l’emploi local et les nouveaux entrepreneurs. De même, un nécessaire réseau créateur d’emplois de recycleries- ressourceries départementales a été refusé.

Par contre, pour l'anecdote digne du gadget politique, le Conseil général va promouvoir la culture de légumes sur quelques toits terrasses des immeubles des Hauts-de-Seine !

Si nous voulons sérieusement créer de l'activité dans ce domaine, travailler en circuit court en palliant partiellement la grave vulnérabilité alimentaire du département, pensons aux espaces disponibles dans les parcs départementaux, chez les particuliers volontaires pour accueillir des jardiniers maraîchers, achetons des terres agricoles à quelques dizaines de kilomètres d’ici pour produire des légumes bio à destination des collèges.

jeudi 5 septembre 2013

Coups de feu dans les Hauts de Seine

Il y a deux jours, à deux reprises, des coups de feu ont été tirés à Colombes, dans le cadre de guerre de dealers, de territoire et d'économie souterraine, suite d'une longue série commencée il y a presque deux ans. Il y a quelques jours c'était à Clamart. il y a quelques mois c'était à Gennevilliers et à Asnières, avec un mort.

La police et la justice font leur travail, avec les moyens qui sont les leurs. Le Conseil général pointe aux abonnés absents concernant une dynamique forte d'insertion par le logement ou l'économie sociale et solidaire.

Face à des populations légitimement inquiètes, voire effrayées, il est essentiel de continuer à demander des "mesures de fond" pour contrer les tenants de l'ordre du flashball et de l'escalade policière car ce sont eux les doux rêveurs.

Comme dans tant d'autres pays, faute de justice sociale, notre société de chômage massif devient inexorablement plus violente et ça ne pourra qu’empirer.
Des riches toujours plus riches, des pauvres toujours plus pauvres et aucune démarche de partage du travail (via une RTT générale) indispensable pour donner une once d'espoir et d'avenir à une jeunesse souvent complètement déconnectée et rejetée par un système élitiste.

C'est notre devoir et celui de tous ceux qui voient cette spirale infernale à l’œuvre de dénoncer, y compris face à des populations qui subissent quotidiennement les effets de cette détérioration sociétale, l'incapacité des gouvernements successif PS comme UMP à changer profondément la donne.

lundi 19 novembre 2012

Economie sociale et solidaire dans les Hauts-de-Seine : encore du travail !

A la suite du forum de l'économie sociale et solidaire qui s'est déroulé ce matin en catimini dans les locaux du conseil général j'ai adressé le communiqué de presse ci-dessous à divers organes de presse:

Dans le cadre de son appel à projet de l'économie sociale et solidaire (ESS), le Conseil général des Hauts-de-Seine a procédé aujourd'hui à la désignation des lauréats 2012.

Vincent Gazeilles, Conseiller général Europe Écologie Les Verts et membre du Conseil départemental de l'économie sociale et solidaire, tient à saluer cette initiative qui représente un début de réorientation de l'économie vers d'autres valeurs que celle du profit à tout prix. Néanmoins, il formule plusieurs remarques.

Tout d'abord, il est nécessaire d'élargir et de communiquer davantage sur cette économie alternative au delà des acteurs déjà impliqués afin de mieux la faire auprès des habitants des Hauts-de-Seine.

Ensuite, il serait judicieux d'améliorer la démarche actuelle du Conseil général au regard des quatre points suivants :

1- Accompagner les lauréats au delà de la première année pour améliorer la pérennité des activités ;

2- Permettre des soutiens en nature, via du foncier (location de terrains ou bureaux) au-delà des aides financières ;

3- Définir et mettre en œuvre une politique de couveuses, thématique ou géographique;

4- Organiser une collecte des idées de projets et participer à l'identification des porteurs potentiels pour une mise en rapport fructueuse.

 Enfin, Vincent Gazeilles dénonce l'intervention directe du Président du Conseil général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, à posteriori du travail du jury. Comme l’an passé, il a supprimé de sa propre initiative l'aide accordée à une association.

 Cette année, il s’agit de l’association d'entraide intergénérationnelle « Ensemble2générations ». Comble de l'ironie et signe d'un défaut de jugement de la part de Patrick Devedjian, au même moment, cette structure était récompensée à l'échelon européen en obtenant le premier prix de l'entrepreneuriat solidaire parmi 1.300 dossiers présentés ! "

Nanterre, le 19 novembre 2012

Contacts :

Vincent Gazeilles
contact@gazeilles.net
http://www.gazeilles.net
01 40 95 14 31

lundi 28 novembre 2011

Patrick Devedjian torpille l'Économie Sociale et Solidaire

Le tract intitulé "Patrick Devedjian torpille l'Économie Sociale et Solidaire" a été distribué ce jour à l'entrée très sécurisée du forum sur l'économie sociale et solidaire organisée par le Conseil général du 92.

Son contenu est le suivant:

"Madame, Monsieur,

En ce jour du forum de l'Économie Sociale et Solidaire, il n'est pas inutile de rappeler que depuis plusieurs années, un petit groupe de Conseillers généraux, dont je fais partie, a initié une dynamique pour que le Conseil général des Hauts-de-Seine intègre davantage l'ESS dans ses préoccupations.

En 2011, ce sont ainsi 6 Millions d'euros sur 3 ans -soit 10% du budget affecté au secteur économique - qui ont été votés en faveur du développement de l’ESS via des appels à projets.

Les 17 et 18 octobre derniers, un jury pluraliste, présidé par le Vice-président du Conseil général en charge de ce dossier, a examiné 83 dossiers issus de l'appel à projets et en a retenu 32 pour un montant de 1,3 M€.

Or, à la surprise générale, lors de la Commission permanente du 7 novembre, Patrick Devedjian a choisi d'éliminer 12 projets de qualité et de réduire de moitié les subventions initialement envisagées.

Ce torpillage unilatéral est doublement scandaleux :

  • Il piétine le travail consciencieux d'un jury désigné par un vote unanime du Conseil général et comprenant toutes les sensibilités politiques
  • Plus grave encore, il supprime 12 projets d'économie sociale et solidaire utiles pour le territoire des Hauts-de-Seine.

Je regrette amèrement ces méthodes et ces choix. Il est malheureusement probable que les inimitiés au sein de courants de la majorité du Conseil général soient à l'origine de ce triste épisode dont l'économie sociale et solidaire est une victime collatérale.

Chaque jour, une économie libérale décomplexée affiche ses limites, son égoïsme et son mépris des salariés. Au delà d'une communication éblouissante du Département, il est urgent que le Conseil général accompagne avec conviction un autre modèle économique soucieux de bonnes relations sociales et respectueux de l'environnement.

 Je continuerai à travailler dans ce sens."

.../...

Projets non retenus
  • 1- Les professionnels solidaire "co-salariat" projet de COOPANAME (montant demandé : 50k€ + 24 K€ : avis favorable totalité) (dossier n°24)
  • 2- Création groupement médiocosocial projet de Familles services (montant demandé : 50k€ + 29 K€ : avis favorable pour 50k€ + 20 K€ ) (dossier n°73)
  • 3- DEM DOM projet de Nouvelles voies (montant demandé : 35k€ + 15 K€ : avis favorable totalité) (dossier n°23)
  • 4- Création de poste de chargé de mission marchés projet de CAI 92 (montant demandé : 30k€ + 9 K€ : avis favorable totalité) (dossier n°32)
  • 5- Une nouvelle activité de navigation douce projet d'Espaces (montant demandé : 50k€ + 30K€ : avis favorable totalité) (dossier n°45)
  • 6- Accompagner croissance commerce équitable projet de Plate forme de commerce équitable (montant demandé : 16k€ : avis favorable totalité) (dossier n°71)
  • 7- Se former s'orienter projet de Zy'Va (montant demandé : 33k€ : avis favorable totalité) (dossier n°50)
  • 8- La soupe aux oreillers projet Les Passeurs d'Ondes (montant demandé : 12.3K€ : avis favorable totalité) (dossier n°52)
  • 9-Mon immeuble mon quartier ma ville projet de Regie de quartier de Nanterre (montant demandé : 33k€ + 15K€ : avis favorable totalité) (dossier n°26)
  • 10- La table d'hote projet de La Ferme du Bonheur (montant demandé : 50k€ + 30K€ : avis favorable totalité) (dossier n°59)
  • 11- Pôle Abiosol projet du réseau des AMAP (montant demandé : 26.4k€) : avis favorable totalité (dossier n°43)
  • 12- Agora café traiteur projet de Mangotine (montant demandé : 40.5k€ + 24.3K€) : avis favorable totalité (dossier n°57)

 

jeudi 10 novembre 2011

Appel à projets de l’Economie Sociale et Solidaire, P. DEVEDJIAN, faisant fi des décisions du jury, décide, seul, des projets à financer !

En décembre 2010, un Conseil départemental de l’Economie Sociale et Solidaire a été créé. 6 M€ ont été inscrits sur 3 ans en faveur du développement de l’ESS. Depuis, ce Conseil où siègent au coté de la majorité départementale et de personnalités qualifiées, notamment Guy JANVIER (PS), Patrick JARRY (communiste et citoyen), Patrice LECLERC (communiste et citoyen), Bernard LUCAS (PS) et Vincent GAZEILLES (Europe Ecologie / Les Verts), s’est régulièrement réuni. Un appel à projets a été lancé pour soutenir les acteurs départementaux de l’ESS.

Les 17 et 18 octobre derniers, un jury pluraliste a examiné les projets et sélectionné ceux à valoriser par un soutien financier : sur 83 dossiers, 31 ont ainsi reçu un avis favorable pour un montant d’1,4 M€ environ.

Or, lors de la Commission permanente du 7 novembre, le rapport devant valider ces décisions, ne retenait, à la surprise générale, que 20 dossiers pour un montant de seulement 786 955 €, soit 57 % de suppression de crédit !  « 11 projets de qualité sont passés à la trappe et ne seront pas financés au mépris de l’avis du jury ! » déplorent les élus d’opposition. « Pourquoi alors avoir budgété 1,4 M€ de crédits pour l’ESS en 2011 ? » s’étonnent-ils.

Ceux-ci sont intervenus pour demander que les choix du jury soient respectés et les 31 projets initialement retenus soient aidés. Cette situation révèle l’utilisation politicienne de l’ESS par la majorité UMP/NC. Des annonces sont faites, des crédits sont votés, la réalité est autre.

L’engagement du Vice-président, Jean Sarkozy délégué à l’ESS et du chef de l’exécutif, P. Devedjian sur le fait que « Les crédits de l’ESS pourront être utilisés dès la première année » est renié. Pourtant, sans complexe, P. Devedjian et J. Sarkozy valorisent sur 4 pages, dans le dernier numéro d’HDS-mag, le soutien du Département à l’Economie Sociale et Solidaire !

Les élus de gauche s’adressent donc au Président du Conseil général pour qu’il revienne sur cette décision en acceptant de prendre en compte les 31 projets sélectionnés par le jury pluraliste, et de les financer. P. Devedjian pourrait ainsi passer des paroles aux actes !

Les acteurs de l’ESS cesseraient ainsi de faire les frais de la querelle interne entre Patrick Devedjian et Jean Sarkozy et d’un mépris certain pour les associations !

- page 1 de 2