laNef

villeSansVoiture

xubuntu

Mot-clé - DEMOCRATIE

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 25 septembre 2016

Dérive policière sur des élus de la République. Stop !

https://www.change.org/p/comit%C3%A9-de-soutien-pour-jean-luc-munro-et-son-v%C3%A9lo-pour-la-d%C3%A9fense-de-jean-luc-munro-engag%C3%A9-pour-les-droits-humains

 

Je vous invite à signer la pétition ci-dessus…

lundi 27 juin 2016

Referendum : voulez-vous détruire la planète pour relancer la croissance de n'importe quoi ?

Cela fait quelques temps que l'inspiration et l'envie me manquaient pour alimenter ce site. En quelques jours, les derniers référendums m'ont donné une matière consistante.
Commençons par la dernière consultation au sujet de l'aéroport Notre dame des landes.
Qu'une majorité d'élus ou d’électeurs soit ignorante des problèmes environnementaux locaux et mondiaux n'est pas nouveau et ne change en rien à l'absurdité absolue de ce projet qu'il faut continuer à refuser par tous les moyens.

Comme si souvent, on s'aperçoit que la majorité est un conglomérat électrolyte dont les motivations reposent sur des bases fragiles voire illusoires (comme le mythe de la croissance pourvoyeuse d'emplois).
 Le niveau de bourrage de crâne et le manque d'éducation aux sujets fondamentaux sont tels qu'à la question " êtes-vous d'accord pour augmenter le PIB quitte à détruire la planète ?", il est probable que la réponse serait oui également !
 Ce triste constat amène à douter de la démocratie quand elle n'est pas accompagnée d'une éducation populaire suffisante.
Cela vaut également pour le référendum au Royaume-Uni. Les couches populaires et les personnes âgées nostalgiques des trente glorieuses ont considéré que la hausse de la précarité venait de l'Europe, des immigrés et pas du tout d'un manque de partage des richesses dans un ex pays colonial en déclin.
Encore une erreur de discernement.
Encore un choix qui, comme pour Notre-Dame-des-Landes, nuira aux jeunes et aux futures générations.

mercredi 3 juin 2015

Les républicains égoïstes


Comme tant d'autres, j'ai eté particulièrement choqué de voir qu'un parti politique comme l'UMP, tout au service des grandes fortunes et des privilégiés, était capable de se rebaptiser `Les républicains`, sousentendant ainsi que si eux le sont, les autres ne le sont point.

Actons tout de même une forme de cohérence pour ces gens adeptes de la captation illégitime.

samedi 10 mai 2014

Réponse à ma demande de débat public concernant la gestion des cantines des collèges par une multinationale privée de la restauration collective

suite à ma demande

Nanterre le 25 avril 2014

Par mail du 21 avril dernier, vous avez saisi le Président du Conseil général aux fins de voir reporter, à la prochaine séance publique du 27 juin prochain, l'examen du rapport relatif au contrat de délégation de service public pour la restauration scolaire, dont le vote est prévu a la Commission permanente du 12 mai prochain.

Cette demande ne peut être retenue pour les raisons suivantes :

- En premier lieu, le calendrier et la procédure ne permettraient plus au délégataire de voir son contrat notifié début juin 2014, comme prévu et évoqué lors des auditions, et de disposer ainsi du temps nécessaire a sa mise en œuvre, sans risquer une rupture dans la continuité du service de restauration, lequel doit être opérationnel des le 1er septembre 2014, jour de rentrée des élèves.

- En second lieu, d’ici le 1er septembre 2014, le délégataire doit disposer d'un temps d'échange avec chacune des équipes de direction et de gestion des 56 collèges concernés pendant la période durant laquelle les collèges sont encore ouverts (les collèges ferment le 11 juillet 2014). Un décalage compromettrait ce temps d'échange indispensable, la restauration nécessitant la collaboration de tous les acteurs dans leur domaine respectif (collège / délégataire / Département).

- En troisième lieu, avant toute installation du délégataire entrant, il doit être organise, pour chacun des 56 collèges, un inventaire de sortie de chaque prestataire dont le marché arrive a échéance (a compter du 15 juillet). La même opération doit être renouvelée avec le délégataire entrant.

- En quatrième lieu, le délégataire n‘engagera aucun recrutement pour compléter ses équipes de restauration tant que son contrat ne lui sera pas notifié par le Département. Un décalage de calendrier le conduirait a lancer ses avis de recrutement en période estivale, période la moins favorable pour recueillir des candidatures et être parfaitement opérationnel pour la rentrée, étant précisé que le délégataire s'est engagé contractuellement a ce que tous les personnels, y compris les nouveaux recrutés, suivent un cycle de formation (minimum une semaine) avant affectation dans les collèges a la rentrée.

- En cinquième lieu, de nombreuses innovations sont prévues dans le contrat de délégation et des charges nouvelles sont de la responsabilité d’exploitation du délégataire parmi lesquelles :

-- la mise en place matérielle du système d’accès et de pointage des élèves et des commensaux :3 la restauration qui est spécifique au délégataire retenu, nécessitant des interventions techniques de sa part (dans le cadre de l'exigence du Département d'une facturation aux familles mensuelle et au repas réellement consommé, qui impose un important travail préparatoire),

-- les raccordements informatiques du système précité avec les postes informatiques du délégataire au sein du service de restauration, obligeant a des. interventions techniques conjointes du délégataire et du Département en concertation avec le collège (jusqu’à lors le système est relié au poste de travail du gestionnaire et du secrétariat d'intendance du collège),

-- la concertation avec le Département pour les échanges de données nominatives des demi-pensionnaires (applicatif Conseil général d'inscription en ligne) pour que le délégataire confectionne les badges d’accès dés le premier jour de rentrée,

D'une manière générale, le délégataire doit disposer d‘un temps nécessaire, préalablement au jour de la rentrée scolaire, sur chaque site pour tester |‘ensemble de ses dispositifs : fonctionnement des réseaux informatiques et téléphoniques qui lui seront dédiés, fonctionnement de équipements de restauration dont, a l'expérience, la remise en service après une période d’arrêt de 2 mois peut générer des dysfonctionnements , phase a laquelle s'ajoute les traditionnelles opérations de nettoyage par le Délégataire, organisation et finalisation de ses équipes, procédures HACCP, approvisionnements (repas, mais également produits d'entretien, tenues de travail....) avant ouverture aux élèves.

C’est pourquoi, compte tenu du changement particulièrement significatif dans le mode opératoire de l'exploitation et de la gestion du service de restauration des 56 collèges concernés, et dans des délais déjà très contraints, il est impératif que la convention de délégation de service public soit maintenue à l'ordre du jour de la Commission Permanente du 12 mai 2014.

Je vous prie de croire, Monsieur le Conseiller général, à l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Patrice Mérinian

- - - - - - - -

Bref, "compte tenu du changement particulièrement significatif dans le mode opératoire de l'exploitation et de la gestion du service de restauration des 56 collèges concernés", il est urgent de ne pas passer cette délibération publiquement. En s'y prenant à temps, il aurait pourtant été possible de le faire.

Lamentable, une nouvelle fois.

lundi 30 septembre 2013

EELV 92 s’oppose au projet actuel de métropole de Paris

Sèvres, le 29 septembre 2013

Le Sénat examinera cette semaine le projet de loi relatif à la création d’une métropole de Paris. Le projet actuel supprime les intercommunalités existantes et transfère les compétences qu’elles exercent à une assemblée composée d’une partie du Conseil de Paris et des maires des départements concernés (92,93 et 94). A la place des intercommunalités existantes sont constitués des « territoires » dépendants de la métropole pour leur financement et aux compétences floues.

La création de la métropole de Paris en l’état ne correspond en aucun point aux attentes des écologistes des Hauts-de-Seine. Cette nouvelle institution – nouvelle feuille du millefeuille administratif et politique – se résoudra à un syndicat des maires, sans que la population puisse être associée directement aux décisions qu’elle prendra. La métropole exercera pourtant dans des domaines structurants comme le logement, l’aménagement et l’environnement.

Pour EELV 92, la création d’une nouvelle institution de ce type ne rendra pas plus lisible l’action publique et éloignera le citoyen de la prise de décision. La métropole de Paris va à rebours du mouvement de décentralisation, affaiblit la région et les intercommunalités existantes. Cette nouvelle structure ne garantit en rien la péréquation entre territoires.

Les écologistes rappellent leur attachement à l’achèvement d’une carte d’intercommunalités de projets partout en Ile-de-France, à la suppression des conseils généraux par transfert de leurs compétences aux intercommunalités et à la région et à un mode de scrutin proportionnel pour l’ensemble des élections.

EELV 92 souhaite par ailleurs que les parlementaires saisissent l’occasion de l’examen du texte de loi pour améliorer les dysfonctionnements actuels des intercommunalités en matière de prise de décision et de concertation avec la population.

Contact presse :


Catherine Candelier, porte-parole EELV 92, conseillère municipale de Sèvres

Loïc Le Naour, porte-parole EELV 92, conseiller municipal de Meudon

 

samedi 22 juin 2013

La cité musicale de l'Ile Seguin engloutira plus d'un demi milliard d'euros d'argent public

Séance publique du 21 juin 2013, intervention de Vincent Gazeilles

Monsieur le Président, chers collègues, ce projet de cité musicale d'excellence sur l'île Seguin tourne véritablement à la caricature.

Caricature sur l'utilité du projet
Charles Pasqua avait fait sa fac, nous venons d'en parler et, comme tout élu fier de lui et soucieux de laisser sa trace de béton dans le paysage après son passage, vous voilà, Monsieur le Président, réalisant cette cité musicale départementale d'excellence qui ne profitera qu'à une minorité.
Dans le même temps, comme je l'avais annoncé, la baisse des subventions socle aux conservatoires municipaux continue. Centralisation élitiste ou décentralisation de la culture accessible à tous, vous avez choisi !
De même, alors que les services sociaux du conseil général sont à présent dans des situations de tensions parfois extrêmes -- je pense aux circonscriptions de la vie sociale ou aux centres de protection maternelle et infantile –, ces millions d'euros pour ce projet sont d'autant plus injustifiés. Pourquoi ?
Une frustration ne n'avoir jamais été ministre de la culture ? Une façon très originale de recentrer le conseil général sur ses compétences comme vous aimez à le rappeler ? Je cherche encore.

Une caricature en matière de concertation.
Lancée alors que tout était bouclé, cette soi-disant concertation fut bien cadrée : pas question de remettre en cause
-- ni l'opportunité du projet
-- ni les modalités choisies (le partenariat public-privé)
– ni le projet architectural déjà déterminé
Bref, une concertation essentielle sur la couleur des poignées de portes et le nombre de pots de fleurs dans le hall d'entrée ! J'ai noté avec amusement que le site Internet dédié avait reçu des visites d'un temps moyen de 2 minutes et 20 secondes, ce qui atteste, nous dit le rapport, d'une très grande attention des visiteurs au contenu. Sans commentaire !
Entre les cyber visites (1600) et les quelques participants aux réunions publiques pour cet équipement départemental (250 personnes), nous voilà rassurés sur le volet gouvernance. Certes, il faut savoir se satisfaire de peu mais là, c'est le summum et je n'approuverai évidemment pas cette concertation bidon !

Un projet caricatural concernant le volet environnemental
Du béton, du béton, du bitume et 1800 places de stationnement. En pleine phase de transition énergétique, vous êtes ici Monsieur le président, à la hauteur de votre réputation ! Bouygues s'occupe de tout et après-vous le déluge.
À titre d'illustration, le volet autre qualité environnemental dans la notation des candidats pèse 3,5 %

Enfin, une caricature financière appuyée sur un partenariat public-privé censé être intéressant pour la collectivité départementale alors que tant de rapports attestent du contraire.
Ce projet nous coûtera 18 millions d'euros par an pendant 30 ans ! 540 M€ HT ! 641M€ TTC

Ainsi, sans que cela ait été validé par une réelle concertation des populations des Hauts-de-Seine, en pleine période de crise économique et alors que tant de nos concitoyens attendent un soutien social du département, vous engagez, chers collègues de l'UMP, plus d'un demi milliard d'euros pour un projet aussi coûteux que superflu.

Ce choix est inacceptable. J'appelle bien entendu l'ensemble des élus à le refuser.

- page 1 de 4