laNef

villeSansVoiture

xubuntu

Mot-clé - CONSOMMATION

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 28 novembre 2015

Même pas COP !

Alors nous y sommes. La réunion mondiale sur le changement climatique s'engage avec presque tous les pays du monde, sous le haut parrainage de :

- BNP Paribas, la banque aux innombrables paradis fiscaux qui finance les centrales à charbon ;
- BMW, toujours en pointe dans les petites voitures basse consommation ;
- Coca-Cola, dont les boissons et les forages massifs polluent et épuisent les nappes phréatiques dans le monde entier ;
- Dow Chemical, géant mondial des OGM et de l'agrochimie polluante dont la filiale Union Carbide est responsable de milliers de morts à Bhopal et de blessés jamais indemnisés.

Il y a fort à parier que rien d'ambitieux ne sortira de ces discussions. Et encore moins après les attentats de Paris et l'interdiction de manifester pour un avenir climatique différent.

Ce que préparent ces multinationales avides de profits et les politiciens cyniques qui les soutiennent religieusement au nom de la sainte croissance n'est pas un avenir radieux.

Les risques sont connus, mais comme le disait le philosophe Slavoj Zizek, il semble plus facile d’imaginer la fin du monde que celle du capitalisme, un capitalisme devenu destructeur qui embarque avec lui des populations ignorantes ou égoïstes.

Les solutions, elles aussi, aussi sont connues :
- limiter drastiquement les transports routiers et aériens, soutenir les transports en commun et les circulations douces ;
- développer une agriculture à échelle humaine, sans engrais chimique ni pesticide issu de la pétrochimie ;
- lancer, dans chaque pays, un plan d'isolation des bâtiments au profit des éco-matériaux et de l'emploi local ;
- passer des produits trop rapidement jetables aux produits durables, réparables et réellement recyclables ;
- taxer les emballages et renoncer au plastique ;
- arrêter le gaspillage financier pour le nucléaire et développer massivement les énergies renouvelable.

Là où il y a une volonté, il y a un chemin dit-on. Mais la volonté ici dépend de la conscience, de la réflexion de long terme et de l'éthique à l'échelle planétaire.

De quoi rester très moyennement optimiste en pensant à Théodore Monod : "et si l'aventure humaine devait échouer"...

Faisons en sorte, dans nos choix de vie, de consommation, de vote, de réagir à temps.

vendredi 27 septembre 2013

Réchauffement de la planète, alors ?

Combien de rapports faudra t-il pour que les habitants et les politiques majoritaires s'inquiètent sérieusement des catastrophes climatiques à venir ?

Un rapport de plus donc, du GIEC, qui confirme ce que tout le monde sait à présent : nous émettons bien trop de gaz à effet de serre via les transports, le chauffage, l'industrie, et l'agriculture.

Si l'on peut être très critique à l'égard de la génération précédente qui s'est largement désintéressée des préoccupations écologiques, il faut à présent savoir si la génération actuelle souhaite relever la tête ou plonger dans le chaos.

Réaction ou suicide collectif, à vous de jouer.

A suivre.

samedi 14 juillet 2012

Le déclin de l'empire automobile

8000 postes en moins chez PSA. La nouvelle est tombée il y a quelques jours mais elle couvait depuis des mois. Après tant de milliards d'euros de soutien public et autres primes à la casse, le constat est clair et sévère : les ventes de voitures neuves sont en baisse partout dans le monde
(cf http://www.challenges.fr/economie/20120417.CHA5421/automobile-les-ventes-de-voiture-en-europe-au-plus-bas-depuis-1998.html).

Ce constat appelle plusieurs remarques :

  • faute d'avoir anticipé la fin prévisible de l'âge d'or de l'automobile, ce sont des milliers de familles qui sont hélas durement touchées. Des mesures d'accompagnement au pouvoir d'achat doivent absolument être prises ;
  • comme l'UMP, le PS n'a jamais plaidé ni compris la nécessité de préparer une inévitable transition industrielle vers d'autres secteurs. Une imprévision politique coupable ;
  • la réduction et le renchérissement des matières premières induisent que seuls les produits fabriqués par des robots ou dans des pays à faible coût de main d'œuvre pourront subsister encore un temps.


Pour des raisons écologiques et sanitaires (pollutions locales et effet de serre), le déclin de l'automobile est une excellente nouvelle.
Pour des raisons d'incompétence politique, d'hypocrisie et d'électoralisme, la transition de nos modes de production et de consommation va engendrer des crises sociales que les écologistes  annoncent depuis longtemps.
Il n'est jamais trop tard pour se préparer à ce changement de modèle mais il semble que l'addiction automobile empêche d'envisager un nécessaire et inévitable sevrage.

samedi 7 juillet 2012

Coupée du monde

« J'ai été coupée du monde » du fait de la panne d'un opérateur de téléphonie mobile.
Qui a dit cela ? Une québécoise perdue dans le grand nord ? Une guide alpiniste engagée dans une voie méconnue ? Non, une francilienne questionnée à quelques encablures du périphérique !

Et ce n'est pas un cas isolé vu le déferlement de critiques et d'indignations qu'ont suscité quelques heures de perte de connexion. Effarant !
S'il fallait une preuve de la dépendance de certains à l'égard de technologies pourtant non vitales, la voici.
La tyrannie de l'instantané, l'incapacité à prendre du recul et à prendre patience sont autant de signes terrifiants d'une société malade de consommation dont les membres, drogués du portable, sont incapables de tenir quelques heures sans appareillage.

Il y a en effet de quoi s'indigner. Vive la simplicité volontaire !

lundi 5 mars 2012

Changeons de monde avec plaisir ! Oui à une sobriété heureuse et partageuse !

Tribune du journal du Conseil général. Mars 2012

Tout se passe comme si la majorité des élus locaux ou nationaux se voilait la face devant un modèle économique moribond. Est-il si triste de quitter un monde de gaspillage et de surconsommation égoïste pour les uns, de précarité pour les autres ? Je ne crois pas !
Dans les Hauts-de-Seine comme ailleurs, il faut savoir dire stop à ceux qui espèrent toujours plus de gratte-ciels prétentieux, d'autoroutes urbaines, d'immeubles de bureaux de verre et de béton alors que ceux-ci sont en surnombre et que les logements manquent.

Notre consommation globale de ressources énergétiques et foncières est incompatible avec les ambitions démesurées des adeptes du toujours plus. Assez de croissance de tout et de n'importe quoi ! Au lieu d'un productivisme sans limite voué à l'échec, choisissons de mieux faire avec moins et partageons le surplus avec ceux qui manquent de tout.

  • Pourquoi dépenser 200 millions d'euros pour le doublement des voies routières en bord de Seine alors que la pollution locale et globale fait des ravages ? Au contraire, il faut soutenir les transports en commun, dont les bus, et les circulations douces.
  • Pourquoi refuser un plan global d'isolation des bâtiments départementaux tandis que la facture de chauffage annuelle est de près de 20 millions et pourrait être largement réduite ?
  • Pourquoi investir 180 millions dans une cité de la musique sur l'Ile Seguin alors que les villes ont besoin d'aide pour leurs actions culturelles de proximité ?
  • Pourquoi dépenser 60 millions pour un réseau de fibre optique départemental quand les opérateurs câblent déjà les Hauts-de-Seine ?
  • Pourquoi amputer de 50% le budget de l'économie sociale et solidaire destiné à des projets locaux favorables à l'emploi de proximité et à l'environnement ? Moins prestigieux que les multinationales de la Défense, cette économie est pourtant bien plus porteuse de sens, d'écologie et de lien social dans nos communes.


Il nous faut décliner localement un modèle de décroissance durable, adapté à la raréfaction des ressources terrestres et à un chômage de masse.
Oui à une transition écologique positive, oui à une sobriété heureuse et partageuse !

dimanche 18 septembre 2011

Livraison de paniers bio à la gare de Clamart

En plus de la boutique "Branche d'olivier" rue Condorcet à Clamart, un nouveau site du "Campanier" permettant la récupération de sacs de  fruits et légumes bio s'est mis en place à la gare de Clamart avec la participation de la SNCF. 

Le Campanier est une activité du grossiste bio Dymamis.

Voir et commander :
http://www.servicepro-campanier.fr/comment-commander-vos-paniers-bio.htm