laNef

villeSansVoiture

xubuntu

Mot-clé - BIODIVERSITE

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 7 octobre 2014

Réponse du Président de la région à ma demande d'intervention pour préserver 5 ha de forêt domaniale dans le cadre du tramway Antony-Clamart

Une réponse parfaitement hypocrite à mon courrier. Continuons à contester ICI

jeudi 30 mai 2013

Le sable - Enquête sur une disparition

image sable sur barge en villeMerci ARTE !

Dédicace à tous les adorateurs de la croissance sans conscience, des grattes ciel et des constructions en béton.

De Bombay à la Bretagne, une menace qui pèse sur le sable, ressource vitale dont le pillage s'accélère.

http://www.arte.tv/guide/fr/046598-000/le-sable-enquete-sur-une-disparition

lundi 20 février 2012

Nouvelle aide pour soutenir l'agriculture 'bio' en Ile de France

La région Ile-de-France a voté vendredi une nouvelle aide pour soutenir l'agriculture "bio" dans cette région d'agriculture essentiellement intensive.

"On essaie d'ancrer le bio dans la région, dont les surfaces ont augmenté de 70% depuis 2008", a expliqué à l'AFP Hélène Gassin, vice-présidente (Europe Écologie Les Verts) en charge de l'environnement et de l'énergie, rappelant que l'objectif du Plan Bio est de multiplier par trois les surfaces.

"On est au milieu du gué, il faut redonner une impulsion", a expliqué Mme Gassin. Cette aide a été adoptée avec toutes les voix de la gauche et du centre, et l'abstention de la droite (majorité présidentielle).

L'Union européenne, dans le cadre de la PAC, a instauré en 2010 une aide, et la Région entend la compléter pour compenser le manque à gagner dû aux contraintes spécifiques de l'Ile-de-France.

Baptisée Atable, cette Aide à la Transition vers une Agriculture Biologique LocalE est destinée aux agriculteurs déjà bio mais aussi à ceux qui sont "en conversion" et dont la production ne peut pas encore être vendue dans les circuits bios.

Les montants sont fixés à l'hectare: 310 euros pour l'arboriculture, 238 euros pour le maraîchage et les plantes aromatiques, 60 euros pour les grandes cultures, prairies, jachères et légumes en plein champ.

En Ile-de-France, près de 50% de la surface de la région est agricole et 90% sont réservés aux grandes cultures.

La région connaît un handicap propre: fortes contraintes périurbaines, qui se traduisent par un coût élevé du foncier, une pression d'urbanisation, le morcellement des parcelles, les difficultés de circulation ou encore le coût élevé de la main d'oeuvre.

samedi 18 février 2012

Dites non aux pollutions par les OGM

J'ai signé et je relaie ici la pétition contre les productions OGM qui polluent tout sur leurs territoires, y compris le miel fabriqué par les abeilles.

Honte aux agriculteurs irresponsables qui utilisent ces produits d'apprentis sorciers, honte aux politiques qui les y aident.

http://www.ogm-abeille.org/#petition

vendredi 28 octobre 2011

Soutenez les actions de préservation des forêts mondiales

Viandes, huile de palme et agro-carburants,

l'agro-business détruit les forêts.

     Réagissons

vendredi 21 octobre 2011

Question orale relative aux repas servis aux demi pensionnaires des collèges des Hauts de Seine.

Monsieur le Président,

Depuis plusieurs années, le Conseil général a fait le choix de passer progressivement tous les offices de préparation des repas des collégiens demi-pensionnaires en mode liaison froide, ceci en concédant au secteur privé une bonne part de la production de ces repas (30% environ à ce jour).

Sans revenir plus longuement sur ces décisions contestées et contestables quand on sait la capacité des groupes privés coté en bourse à ignorer le sens de l'intérêt général, je continue à souhaiter, pour nos collégiens, des repas de qualité, sans pesticides ni ogm, issus d'une production la plus locale et la plus écologique possible, respectueuse d'un pouvoir d'achat décent pour les paysans impliqués dans cette production.

A l'inverse des produits bas de gamme de l'agro-business dont les effets sur la santé et sur l'environnement sont décriés, les produits issus de l'agriculture biologique sont plébiscités. Notamment du fait de leurs qualités nutritionnelles, ils sont particulièrement bénéfiques pour les jeunes.

Déjà partiellement présents à hauteur de 25% dans 20% des collèges, l'extension des produits biologiques apparaît souhaitable à tous les collèges, avec ou sans sous- traitance au privé dans une logique égalitaire, et dans une proportion plus importante pour chaque repas.

De surcroît, au regard de notre empreinte écologique départementale, la question de l'origine et du transport des produits doit être posée. Les membres de la commission d'appel d'offres ont appris il y a quelques jours que de nouvelles directives du code des marchés publics permettaient à présent de favoriser les approvisionnements en circuit court dans le secteur de l'alimentation. C'est une avancée positive que nous devons utiliser.

Monsieur le Président, comptez-vous oeuvrer pour augmenter la part actuelle de denrées issues de l'agriculture biologique dans les repas des collégiens demi-pensionnaires, quel que soit le type de gestion de la demi-pension ?

Rappel : 33823 élèves demi pensionnaires, 5,6 millions de repas par an.

Comme le permet le code des marchés publics, comptez-vous utiliser la clause d'approvisionnement de proximité pour réduire notre impact environnemental tout en développant un secteur d'emplois durables en Ile de France ?

Vincent Gazeilles.

Conseiller général des Hauts-de-Seine.

Europe Ecologie - Les Verts.

http://www.gazeilles.net/

- page 1 de 3