laNef

villeSansVoiture

xubuntu

mardi 7 octobre 2014

Réponse du Président de la région à ma demande d'intervention pour préserver 5 ha de forêt domaniale dans le cadre du tramway Antony-Clamart

Une réponse parfaitement hypocrite à mon courrier. Continuons à contester ICI

mardi 27 août 2013

Rue Brissard, 27 arbres de moins après les travaux

Mauvaise surprise rue brissard. Après une réfection complète de la rue, le nombre d'arbres passe de 41 à 14.
Il est à noter que cette voie est traversée par une conduite de gaz et une ligne électrique haute tension ce qui rend les plantations délicates mais ces conduites existaient déjà avant.

Difficile de penser que la suppression de ces 27 arbres était inévitable ou n'aurait pas pas pu etre compensée par d'autres végétaux. Les arbres d'alignement, comme dans les jardins ou les parcs, participent largement à qualité de vie et permettent, via l'ombre et l'évaporation, de lutter contre les surchauffes urbaines en été.

Hélas, aucune réunion de la commission ad-hoc n'a eu lieu pour discuter de ces travaux.
Sans surprise en revanche, les places de stationnement, elles, n'ont pas été réduites de la même façon.

lundi 24 juin 2013

Communiqué de presse: Tramway Antony Clamart : non au massacre des arbres.

Vincent Gazeilles, Conseiller général Europe Écologie Les Verts dénonce le risque de massacre à la tronçonneuse d’une partie de la forêt sous la pression du maire UMP du Plessis-Robinson et vice président du Conseil général en charge de l'environnement !

Le projet de tramway entre Antony et Clamart est actuellement en cours d'étude.

Un point essentiel mis en évidence lors des réunions de l'enquête préalable concerne l'implantation du site de maintenance et de remisage (SMR) des tramways. Deux options sont possibles, retenues par le syndicat des transports d'Île-de-France comptent tenu de leur surface suffisante et de leur proximité de la future ligne.

L'une sur la zone d'activité Novéos du Plessis-Robinson ; et l'autre près du carrefour du 11 novembre 1918 à Chatenay-Malabry impliquant la suppression de 3 hectares de forêts appartenant à l'Office Nationale des Forêts.

Préférant des aménagements plus rentables, le Maire UMP du Plessis-Robinson, en accord avec le maire UMP de Châtenay-Malabry a choisi de soutenir la disparition de cette parcelle forestière. Un comble assumé par ce vice-président du Conseil général en charge de l'environnement, Vincent Gazeilles appelle à protéger les espaces forestiers du secteur.

Considérant le fait que choisir la parcelle de l'ONF pour le site de remisage se traduirait, y compris avec un achat compensatoire voisin, par la disparition de 3 hectares de forêts en proche couronne parisienne, considérant la nécessité de lutter contre le grignotage des espaces naturels, objectif explicité dans la loi SRU de 2000, le schéma directeur d'Île-de-France et les lois Grenelle de l'Environnement, considérant l'exigence de préservation et de développement de la biodiversité en zone urbaine, considérant qu'une alternative est parfaitement identifiée et réalisable sur le site de la zone industrielle Novéos du Plessis-Robinson où de nombreux emplois peuvent être créés, Vincent Gazeilles demande instamment à Patrick Devedjian et à Jean Paul Huchon, Présidents en charge du financement de ce tramway, de se prononcer en faveur de l'installation du site de maintenance et de remisage sur la zone d'activité Novéos, sans toucher aux espaces forestiers du secteur.