Ce n'est pas joyeux pour qui espérait une politique sociale et écologiste mais c'est sans scrupule quand on refuse l'arrivée des racistes ou la misère intellectuelle de certains français "de souche".

Après le vote Chirac en 2002, ce sera un petit vote Macron en serrant les dents.