Densité en Ile de France et place de l'automobile à Clamart

Deux sujets majeurs dont il fut question dans le cadre d'une des délibérations du Conseil municipal de Clamart mercredi dernier (Évolution restreinte du PLU concernant le projet Pertuis).
J'ai tenté, en quelques trop courtes minutes, d'expliquer combien il était essentiel de revoir profondément deux mauvaises et anciennes orientations .

1/ La densification économique de la déjà si riche région Ile de France
Elle se fait au détriment des autres régions. Elle crée la rareté et la hausse inévitable du coût du logement en rejetant les familles modestes hors de nos territoires. Elle raréfie les espaces agricoles, les espaces verts. Elle interdit toute utilisation de terrain pour des objectifs pas ou peu rentables (terrains de sport, jardins publics, plate forme multimodale, surface pour la petite industrie et l'artisanat local etc...).



2/ L'accroissement de l'offre de stationnement automobile dans les constructions.
Si, compte tenu de la forte demande de logements, une partie de la réponse passe par une densification de l'habitat, cette densification ne doit pas entrainer parallèlement de création importante de places de stationnements automobile. Cet investissement en parkings (1 à 2 places pour tout logement neuf à Clamart) est financièrement lourd (15 000€ par place), il génère inévitablement un trafic routier supplémentaire et son cortège de nuisances : pollution locale de l'air et maladies diverses, bruit, production de gaz à effet de serre, encombrement chronique de l'espace public etc...

Ces deux axes d'évolutions souhaitables furent superbement ignorés par les partis traditionnels de droite comme de gauche. Un intervenant, reflétant sans doute la tendance majoritaire de l'assemblée , nous traita d'idéologues et argumenta sur « l'espoir » de voitures moins polluantes.
Certes, la politique a besoin d'espoir mais faire reposer des choix urbains de long terme sur les espoirs technologiques de certains m'apparait complètement irresponsable.
Notre modeste amendement (1) fut rejeté malgré les votes favorables des 6 élu/e/s d'Europe Écologie Les Verts et de 3 abstentions de l'assemblée (un début de prise de conscience ?).
Faudra t-il bientôt demander une séparation du vote en deux parties distinctes, les logements pour les familles que nous soutenons, et les logements pour les voitures que nous refusons ? La question se pose.

Il est l'heure de stopper la boulimie financière et spatiale du Grand Paris.
Il est l'heure que Clamart intègre les principes des villes en transition (2) pour le plus grand plaisir de ses habitants.
Il est l'heure de revenir sur la place excessive de la voiture en ville
    en réduisant l'offre de stationnement individuel au profit des transports en commun et des circulations douces
    en créant progressivement des quartiers sans voiture.

C'est ainsi que la ville sera durable et agréable à vivre.


(1)Relèvement de 75 à 120m² de la surface minimum pour la création obligatoire d'une deuxième place de stationnement par logement.
(2)voir http://villesentransition.net/transition/pages/vision_2030/transport