<< 6 juillet 2009  >> Bonne nouvelle, en commission permanente, le Président du Conseil général (et ministre) nous informe que l'ouverture aura bien lieu en septembre.

J'ai reçu le courrier ci dessous de la Présidente de l'université Paris Ouest Nanterre.

Un beau bâtiment à venir pour un cursus IUT à Gennevilliers (92) et toujours pas d'autorisation d'ouverture des classes de la part de l'État...

D'où courrier à la Ministre.


Vincent Gazeilles
Conseiller général
Hôtel du Département
2-16 bd Soufflot
92015 Nanterre Cedex
Tel : 01 40 95 14 31
contact@gazeilles.net
http://www.gazeilles.net

Clamart le 1er Juin 2009

Madame Valérie Pécresse
Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
1 rue Descartes 
75231 Paris cedex 05

Madame la Ministre,

Je viens d'apprendre, par un récent courrier de la Présidente de l'université Paris Ouest Nanterre-La Défense, que l'IUT de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) risquait de ne pas pouvoir ouvrir ses portes en temps et heures du fait d'un manque de moyens humains pour assurer son fonctionnement.

Vous conviendrez, je pense, qu'il serait totalement anormal que cet équipement de grande qualité, très largement financé par le Conseil général des Hauts-de-Seine (*) et ses contribuables, ne puisse accueillir les 2000 étudiants attendus du fait de restrictions budgétaires de la part de l'État.

Je vous prie donc de bien vouloir tout mettre en oeuvre pour assurer l'ouverture de cet IUT dès la prochaine rentrée de septembre 2009.

Dans l'espoir d'une suite favorable, recevez, Madame la Ministre, l'expression de mes salutations les meilleures.

Vincent Gazeilles

(*) 37 millions d’euros



Nanterre, le 27 mai 2009


La Présidente de l'Université Paris Ouest
Nanterre La Défense

à

Madame, Monsieur le conseiller général,

Vous avez contribué à ce que l'Assemblée Départementale décide de financer la réalisation d'un nouveau bâtiment universitaire de 12.400 M2 à Gennevilliers. Ce bâtiment devant être remis au Recteur en tant que représentant de l'Etat, puis affecté à l'université Paris Ouest, à la prochaine rentrée, le Conseil d'Administration lors de sa réunion du lundi 25 mai 2009 m'a mandaté pour vous exprimer toute la gratitude de notre communauté universitaire.

Pour l'utilisation de cet équipement, notre Conseil d'Administration avait voté le 21 septembre 2005 un « dossier d'expertise » pour la création notamment d'un IUT et prévoyant la création de 18 emplois pour les trois départements. Le 2 mai 2006, Monsieur de Robien, ministre en charge à l'époque, donna son agrément au dossier et madame Pécresse réitéra cet engagement, en plusieurs occasions au cours des derniers mois.

A ce jour les autorisations d'ouverture des formations ne sont pas délivrées par l'Etat alors que 2000 étudiants ont présenté leur candidature et aucune garantie de création de l'IUT et d'un financement de droit commun, n'est donnée.

Outre la déception des étudiants et de leur famille, c'est l'investissement des contribuables du département, qui risque, au moins en partie, d'être stérilisé.

Evidemment j'ai demandé à Madame la Ministre le déblocage d'urgence de ce dossier et j'ai bien sûr alerté le Président Devedjian sur le risque de voir l'Etat ne pas tenir sa parole non seulement à l'égard de l'Université Paris Ouest et de la Commune de Gennevilliers, mais aussi à l'égard du Département des Haut de Seine

Cette situation est d'autant plus regrettable que, si aucune garantie n'est donnée dans les prochains jours sur la pérennité du D.U.T. dont la première année doit ouvrir en septembre prochain, c'est à deux mille candidats que je devrais annoncer que la formation qu'ils ont choisie, ne peut ouvrir en raison de l'absence d'autorisation ministérielle.

Connaissant les besoins en éducateurs spécialisés, de tous les services de protection de l'enfance et de la jeunesse en danger, ils risquent d'être au moins aussi surpris que les professionnels et tous les élus qui mesurent toute l'importance de cette mission pour les personnes et pour la société.

Sachant pouvoir compter sur votre appui, je vous prie de recevoir Madame, Monsieur le conseiller général, l'expression de mes respectueuses salutations.

Bernadette Madeuf